0848 822 822

Actualités

Témoignage d'une infirmière en pédiatrie, Karine Paquin

A l'occasion de la journée nationale de l’aide et des soins à domicile, nous avons réalisé une série de témoignages sur les métiers. Cette semaine, découvrez celui de Karine Paquin, infirmière en pédiatrie depuis 20 ans, dont 8 au CMS de pédiatrie, en tant qu’infirmière référente et 5 en tant que clinicienne.

20211001 161517


En quoi consiste votre métier en tant qu’infirmière en pédiatrie?

Prendre soin… c’est de cette manière que je le définis. Il s’agit d’un métier très varié qui comprend, entre autres, du soutien aux familles lors de diagnostics lourds pour leur enfant, des soins complexes, des conseils pour les diabétiques, des suivis réguliers pour les enfants avec maladies chroniques, de l’accompagnement pour les familles lors de situations de fin de vie de leur enfant malade à domicile. Et puis notre métier nous amène aussi à jouer, rire et pleurer.

Pourquoi avez-vous choisi de devenir infirmière en pédiatrie?

À nouveau, pour prendre soin. Je savais qu’en exerçant le métier d’infirmière, je serais au plus près des familles et de leurs enfants. J’espérais pouvoir faire une différence positive dans des moments difficiles de leur vie. Je savais également que ce métier me permettrait de voyager. J’ai ainsi décidé de quitter le Canada, il y a de nombreuses années, pour venir m’installer en Suisse.

Pourquoi avoir choisi l’aide et les soins à domicile?

J’ai choisi l’aide et les soins à domicile parce que j’avais envie de prendre soin des familles au sein de leur environnement. C’est une approche complètement différente de celle que l’on trouve habituellement en milieu hospitalier. Plus particulièrement, c’est le soignant qui se trouve dans l’environnement de la famille et non l’inverse. L’hôpital peut, par ailleurs, être perçu comme un milieu hostile pour les enfants et leurs proches, tandis que leur maison est généralement le lieu où ils se sentent le mieux. Cette approche permet donc une implication de leur famille: il peut s’agir de leurs parents et parfois même de leur fratrie. En étant à l’écoute des besoins spécifiques des enfants et de leur entourage, nous pouvons ainsi travailler main dans la main pour réaliser leur projet de prise en soins et leur projet de vie, en tenant compte au maximum de leur cadre de vie.

Qu’aimez-vous le plus dans votre métier?

Ce que j’aime le plus, c’est le contact avec les enfants. Ils sont une force pour leur famille, mais aussi pour nous, soignants. J’adore leur côté, «magique»… leur esprit si positif malgré tout ce qui leur arrive. La résilience dont ils font preuve est fascinante. Nous leur prodiguons des soins parfois douloureux, et hop, une fois terminé, nous rions et nous pouvons jouer de nouveau comme si rien ne s’était passé. J’apprécie aussi beaucoup la variété des lieux dans lesquels nous sommes amenés à exercer notre métier. Bien entendu, nous allons à domicile, mais nous prodiguons aussi des soins dans les garderies, les écoles, les parcs, et même les théâtres! Être infirmière en CMS me donne aussi l’opportunité de pouvoir exercer mon métier en extérieur, en dehors des murs liés à une structure, telle qu’un hôpital par exemple. De plus, l’esprit d’équipe dans mon environnement de travail est un aspect que je valorise beaucoup.

Selon vous, quelles sont les qualités nécessaires pour ce métier?

Les journées ne se ressemblant que rarement, la flexibilité me semble être nécessaire pour exercer ce métier. Je pense que l’empathie, la compassion, le don de soi ainsi que la communication sont d’autres qualités importantes. Savoir se montrer à l’écoute est primordial dans ce métier, non seulement avec les enfants, leurs parents et parfois leurs enseignants, mais aussi avec les médecins traitants, les équipes pluridisciplinaires et les collègues à l’interne.

Quel est le souvenir le plus marquant de votre carrière en tant qu’infirmière?

Pour être honnête, les souvenirs les plus marquants ne sont pas nécessairement les plus joyeux… Il s’agit surtout de souvenirs liés à la fin de vie, aux funérailles, de parents qui nous remercient et qui nous prennent dans leur bras pour avoir été présents dans les moments les plus difficiles, pour avoir partagé des bouts de vie de leur enfant qui a parfois été courte… Nous vivons des choses très fortes en tant qu’infirmière, et ce n’est pas toujours facile.

Pourquoi conseilleriez-vous à quelqu’un de travailler dans l’aide et les soins à domicile?

Pour la variété, parce qu'il y a des soins techniques, des moments parfois difficiles, mais aussi des soins de routine, plus faciles, où l'on se sent comme faire partie de la famille. On développe un lien très privilégié et la reconnaissance des familles pour notre travail est très valorisante.

Quel est le message principal en matière de prévention que vous faites passer à vos clients?

En pédiatrie, il y a plusieurs messages que nous faisons passer. Tout d’abord, en matière de prévention des accidents: chute du lit ou de la table à langer, casseroles chaudes à la cuisine, produits toxiques, etc. Mais nous en avons aussi en matière de promotion de la santé: limitation des écrans, activité physique, alimentation équilibrée, etc. Bien sûr, notre mission première est de donner un soin spécifique. Cependant, en tant que professionnels de la santé, nous profitons également de nos passages à domicile pour transmettre ces messages en matière de prévention et de promotion de la santé.