0848 822 822

Actualités

mardi 2 nov. 2021

Seniors et crise sanitaire: une étude pour comprendre les impacts sur l'état de santé

Une étude menée par l'AVASAD analyse les conséquences de la crise du CoVID-19 sur l'évolution de l'état de santé et de bien-être des seniors. Si la crise a péjoré leur niveau d'autonomie et d'indépendance dans les activités de la vie quotidienne, elle a aussi permis de souligner leur faculté de résilience et l'importance des compétences en santé pour "bien vieillir".

La crise du CoVID-19 et en particulier le semi-confinement du printemps 2020 ont eu des conséquences significatives sur la santé et le bien-être de la population. Avec près de 35'000 client·e·s par année, dont une majorité de seniors, les centres médico-sociaux (CMS) du dispositif de l'AVASAD ont été des témoins et acteurs de premier plan aux côtés de la population vaudoise. L'AVASAD en partenariat avec la chaire de l'UNESCO et centre collaborateur OMS "Global Health and Education" a mené une étude empirique en méthode mixte (approche qualitative et quantitative). L'objectif est de comprendre l'impact de la crise sur les seniors et mener une réflexion sur l'évolution des pratiques d'aide et de soins apportés à la population.

Les seniors ont fait preuve de résilience

Les professionnel·le·s des CMS relatent que les seniors ont mis en œuvre des mécanismes de résilience, qui se définit comme "l'aptitude à se construire et à vivre de manière satisfaisante en dépit de circonstances traumatiques" (Larousse). C'est ce que nous apprend le volet qualitatif de l'étude, pour lequel 31 entretiens semi-dirigés ont été menés de janvier à mai 2021 avec des collaborateur·trice·s référent·e·s rattaché·e·s à 29 CMS ruraux et urbains. Ces référent·e·s sont des infirmier·ère·s, des ergothérapeutes ou des travailleurs et travailleuses sociales responsables de la coordination interdisciplinaire de la prise en charge des client·e·s.

Les résultats montrent que les seniors résilients ont fait preuve d'une importante capacité à accepter la situation, à modifier leurs habitudes, à être créatifs et à mobiliser leurs ressources. Comme ils ont relativement bien accepté et respecté les nouvelles règles et restrictions en vigueur, comme "en temps de guerre" selon plusieurs témoignages, ils ont adapté leurs activités habituelles et réduit leurs sorties à l'extérieur. Les professionnel·le·s soulignent que pour y faire face, les seniors ont notamment développé ou exploité leurs compétences numériques en s'adaptant à de nouveaux moyens de communication (appels vidéo par exemple) pour rester en contact avec leurs proches, ou encore en utilisant des plateformes en ligne pour commander leurs courses. D'autres témoignages mettent en évidence leur esprit de solidarité, comme l'exprime cette personne: "Occupez-vous des autres, je peux me passer de vous, on fait un petit peu moins pendant quelques temps ça va aller pour moi, je peux m'adapter.".

Dans cette période de forte mobilisation sociale par les proches, le voisinage et les associations locales, les témoignages de la part des client·e·s des CMS et de leurs familles montrent que les collaborateur·trice·s des CMS ont été perçu·e·s comme une ressource importante. Grâce à leur relation de proximité, ils ont soutenu les seniors dans le développement de leurs propres capacités. À titre d'exemple, dans le contexte anxiogène de la crise, les collaborateur·trice·s des CMS ont d'une part agi comme vecteurs pour expliquer la situation sanitaire et fournir des informations fiables et, d'autre part, aidé les personnes à développer leurs compétences pour une meilleure utilisation et consommation des médias.

Les ressources mises en évidence dans l'étude ont permis aux seniors de dépasser cette période de crise. Néanmoins, les professionnel·le·s relèvent une péjoration de l'état de santé des seniors liée à la perte des repères et des habitudes au quotidien, comme le mentionne ce collaborateur: "D'habitude, il sortait chercher le journal, maintenant il n'a plus la force de le faire.". Cette perte de capacité marque les premiers signes de déclin fonctionnel[1] qui se confirme dans le volet quantitatif de l'étude.

Une perte d'autonomie et d'indépendance dans la vie quotidienne

Des évaluations de l'état de santé sont réalisées systématiquement auprès des client·e·s, à l'aide d'outils standardisés (RAI-HC et iCU), reconnus aussi bien par les autorités cantonales que par l'association faitière suisse d'aide et de soins à domicile. Ces évaluations permettent d'adapter l'accompagnement aux besoins de chacun·e.

Dans le cadre de l'étude quantitative, les évaluations de 1'283 client·e·s, réalisées entre janvier 2019 et novembre 2020, ont été analysées afin de comprendre l'évolution de l'état de santé des seniors dans le contexte de la pandémie. L'échantillon de client·e·s est constitué de 864 femmes et 412 hommes, vivant dans l'ensemble du canton de Vaud (en milieu urbain, rural et intermédiaire) dont une très grande majorité (80%) est âgée de 76 ans et plus.

La comparaison entre les évaluations réalisées avant et après le semi-confinement montre que les seniors ont vu diminuer leurs capacités à réaliser des activités de la vie quotidienne. Les courses et la préparation des repas ont été les activités les plus impactées, mais cela concerne aussi le ménage courant, la gestion financière, la gestion des médicaments, l'utilisation du téléphone et l'utilisation de moyens de transport.

Les résultats montrent également que cette péjoration est d'avantage marquée chez les individus les plus âgés, ainsi que chez ceux qui vivent seuls et en milieu rural. De plus, les personnes qui, avant le semi-confinement, présentaient des signaux de perte d'autonomie et d'indépendance, mais avec un potentiel de récupération, sont les plus affectées. Avec la pandémie, ces dernières ont vu leurs capacités se stabiliser ou diminuer. L'étude confirme que les restrictions engendrées par la pandémie ont eu un impact sur le potentiel de récupération des personnes.

Une vision renouvelée: promouvoir le vieillissement en bonne santé

Cette étude met en évidence que bien que les seniors aient fait preuve de résilience lors de la crise liée au CoVID-19, ils ont vu un déclin de leurs capacités dans la vie quotidienne. Elle montre également le rôle capital des proches, du réseau et des professionnel·le·s de la santé et du social pour limiter les impacts de cette crise.

Aujourd'hui, il est impératif de favoriser la reprise des activités des séniors, en les accompagnant dans la récupération de leurs capacités. Il s'agit d'avantage de renforcer cette capacité de résilience plutôt que d'être dans la suppléance, qui consiste à agir à la place de la personne. Pour les professionnel·le·s de la santé et du social, il faut donc accompagner les seniors afin de les soutenir dans le renforcement de leur condition physique, cognitive et sociale ainsi que dans le développement de leurs compétences en santé, via des informations et des programmes de prévention et promotion de la santé qui favoriseront le maintien en bonne santé. Cela nécessite de faire confiance en la capacité d'agir des seniors, de mobiliser leurs ressources et de s'engager dans des actions bénéfiques pour leur santé.

 

Bibliographie sélective

-          Maggiori, C., & Dif-Pradalier, M. (2021) Rapport scientifique "Les 65 ans et plus au cœur de la crise COVID-19” (rapport général).

-          Nations Unies (2020). Note de synthèse: l’impact de la COVID-19 sur les personnes âgées.

-          Kessler, C., & Guggenbühl, L. (2021). Répercussions de la pandémie de coronavirus sur la santé de la population en termes de vulnérabilité et de ressources. Sélection de résultats  de recherches de 2020 pour la Suisse. Document de travail 52.

-          Fellay-Favre, E., Santos Mella, A.,  Repetti, M. (2020). Le vécu des mesures de protection contre le COVID-19 par les personnes de 65 ans et plus en situation de précarité en Valais.

 

Pour toute information complémentaire, nous vous invitons à nous contacter à l'adresse suivante: bienvieillir@avasad.ch.



[1] Le déclin fonctionnel est mesuré par le degré de dépendance dans les activités essentielles de la vie quotidienne (AIVQ-AVQ). Il existe une chronologie dans la perte de l'indépendance, d'abord les AIVQ, puis les AVQ. (Obsan 25, 2007)